publicité

Les 50 ans du Traité de l'Elysée et l'amitié franco-allemande en pratique

Le Traité de coopération et d'amitié franco-allemand, dit Traité de l'Elysée, a été signé à Paris le 22 janvier 1963. A l'occasion de cet anniversaire,  
France 3 Alsace vous propose cette semaine une série de reportages consacrés à l'amitié franco-allemande.

  • avec AFP
  • Publié le 21/01/2013 | 15:17, mis à jour le 26/01/2013 | 11:43
Le général de Gaulle embrasse le chancelier allemand Konrad Adenauer après la signature du traité de coopération franco-allemand le 22 janvier 1963 dans le salon Murat du Palais de l'Elysée. © AFP
© AFP Le général de Gaulle embrasse le chancelier allemand Konrad Adenauer après la signature du traité de coopération franco-allemand le 22 janvier 1963 dans le salon Murat du Palais de l'Elysée.
On célèbre depuis lundi à Berlin les 50 ans du traité de l'Elysée. Un traité sans lequel la vie à la frontière ne serait pas la même. Ce traité  a encouragé les échanges entre les deux pays et a changé la perception que nous avons les uns des autres. Allemands et Français se côtoient beaucoup plus naturellement aujourd'hui. Ainsi de plus en plus de nos voisins viennent s'installer en Alsace.

Les Allemands de plus en plus nombreux à vivre en Alsace
Les Allemands sont ne plus en plus nombreux à vivre en Alsace. Reportage à Lauterbourg de R. Willhelm - Y. Roehrig - C. Laemmel - D. Morque. Interviews : Laurene Bartels, Dietlev Bartels.

Ces noces d'or ont été célébrées aussi plus simplement, entre amis : mercredi soir, à Kork près de Kehl en Allemagne :  ils étaient une centaine à boire un verre à l'amitié franco-allemande.

Soirée entre amis à Kork, en Allemagne
Interviews : Ingrid Bürtsner-Peter, organisatrice de la soirée - Eric Constans, co-organisateur de la soirée - Chantal, Française - Fritz, Allemand

Rencontre avec un avocat "transfrontalier"
Jochen BAUERREIS est avocat d'affaires, tant en droit allemand que français mais aussi international. Sa vie professionnelle se déroule, au sens propre, entre les deux pays. Il est en migration permanente entre la France et l'Allemagne.

Portrait d'un avocat "transfrontalier"
Le reportage de C. Munsch - G. Bertrand - E. Horrenberger. Interview : Jochen BAUERREIS, avocat ABC international - réseau Alister
Rencontre avec un journaliste allemand vivant à Strasbourg.
Patrick Schulz-Heil est journaliste sur la chaîne franco-allemande Arte. Il analyse les relations entre les deux pays.

Portrait de Patrick Schulze-Heil, journaliste allemand
Reportage de Marie Heidmann, Philippe Dezempte et Jennifer Scharwatt. Interview : Patrick Schulze-Heil, journaliste allemand sur ARTE




Le Traité de coopération et d'amitié franco-allemand, dit Traité de l'Elysée, a été signé à Paris le 22 janvier 1963 par le président français Charles De Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer.


Ce Traité historique, signé au Palais de l'Elysée, siège de la présidence de la République française, est un acte fondateur de l'amitié franco-allemande. Il est conclu entre deux "ennemis de toujours" après des guerres sanglantes, dont deux conflits mondiaux, et près de 18 ans après l'effondrement du régime nazi. La République fédérale d'Allemagne et la France s'engagent à des consultations régulières sur toutes les questions essentielles de la politique étrangère, de défense et de sécurité, de la jeunesse et de la culture. Le texte prévoit aussi que les deux pays nomment chacun un Coordinateur de leur coopération et un Coordinateur pour les questions culturelles. En 1988, le chancelier chrétien-démocrate Helmut Kohl et le président socialiste François Mitterrand le complètent avec la création de conseils franco-allemands pour la sécurité et la politique économique et monétaire.

Le Traité de l'Elysée a 50 ans : rappel historique
Le reportage de D. Voegele - M. Sibold


En 2003, pour son 40e anniversaire, le Traité est redynamisé par le chancelier social-démocrate Gerhard Schroeder et le président Jacques Chirac. Les deux sommets annuels franco-allemands prennent alors la forme d'un "Conseil des ministres franco-allemand", un poste de Secrétaire général pour la cooopération franco-allemande est créé dans chaque pays et le 22 janvier devient une "Journée franco-allemande". Paris et Berlin veulent aussi "adopter des positions communes dans les instances internationales" et envisagent l'ouverture d'ambassades communes.


La première application du Traité, entré en vigueur le 2 juillet 1963, a été la création, le 5 juillet suivant, de l'Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), dont la mission est de promouvoir les échanges entre jeunes des deux pays et qui est dirigé, alternativement, par un secrétaire général allemand ou français. Les bases du Traité avaient été jetées en 1958 quand le vieux chancelier chrétien-démocrate Adenauer avait rencontré pour la première fois le général De Gaulle en allant lui rendre visite dans sa propriété de Colombey-les-deux-Eglises, en Haute-Marne. C'est lors de leur deuxième rendez-vous, la même année, à Bad Kreuznach en Rhénanie-Palatinat, qu'ils conviennent de donner un fondement institutionnel aux relations franco-allemandes.

Toutefois, le général De Gaulle avait ensuite mal pris que le Bundestag, la chambre basse du parlement fédéral, "édulcore" le traité en adoptant un préambule dans lequel il était stipulé que le Traité de l'Elysée n'entamait en rien la coopération de la RFA au sein de l'Organisation du Traité de l'Atlantique nord (OTAN, alliance défensive des puissances occidentales face au bloc communiste dans le contexte de la guerre froide), alors que la France s'était retirée de l'organisation militaire de l'OTAN. Dans ce préambule, le Bundestag soulignait également que le Traité franco-allemand n'affectait pas le partenariat avec les Etats-Unis.


 



 

les + lus

les + partagés